Home / Actions/Strikes/Statements / Strike the Giant! Organisation Transnationale contre Amazon // French Translation

Strike the Giant! Organisation Transnationale contre Amazon // French Translation

 

 

CLICK THE COVER PAGE TO OPEN THE JOURNAL

[FRENCH TRANSLATION OF THE PRESENTATION TEXT BELOW]

 

We publish the French translation of the journal Strike the Giant, which collects articles written by workers and activist throughout Europe and the US and discusses the challenges of the transnational organization within and against Amazon. This translation is very timely because we are seeing that the struggles against “the Giant” in Europe and the United States are multiplying. Workers are in fact protesting the management’s refusal to take the necessary safety measures to stop the spread of COVID 19 in the warehouses, putting the health and lives of tens of thousands of workers and their families at risk. Instead of reducing the workload in its centers, the giant is trying to profit from the pandemic and the increased needs of home deliveries. In the United States in many warehouses the management has not only hidden or given partial information about the cases of contagion present, but also fired in retaliation some of those who participated in the protests with unfounded accusations, related to the violation of social distancing during the strikes.

Within the French warehouses there have been several cases of contagion by Covid-19 in the last month. To prevent unrest, the company here as in other countries initially responded by proposing to the unions a wage increase of two euros per hour. This increase was a convenient response by Amazon to the demands from workers and unions – supported and amplified by a transnational petition – for total closure of the warehouses for allowing sanitization and paid leave for everyone. In fact, no safety measure is considered enough to eliminate the risk to workers’ lives, in the face of an activity that is not at all essential for the survival of the population. For these reasons, the increase was rejected. As early as mid-March, French workers, strengthened by the protests that were breaking out in other countries, began to demand the interruption of activities, sending petitions to the management of Amazon, organizing walkouts, making use of their right not to work applicable if a worker considers the activity carried out to be dangerous to their health. In addition, labor inspectors also wrote to the management stressing the dangerous situation to which the workers were subjected. But the only response from the management was the distribution of gels and masks, while the so-called “safety angels”, temporary workers in charge of “respecting the rules”, ensure that social distancing is respected.

Faced with the refusal to close the warehouses while the pandemic rages, the Solidaires trade union, part of the TSS platform, brought Amazon before the Nanterre court. The ruling was clear: Amazon must reorganize its deliveries by strictly limiting its activities to health and food products. The court’s ruling includes a hefty fine for every day of delay in implementing the ruling. Although the Nanterre court decision forced Amazon to dialogue with the union, the management continued to act unilaterally by deciding to close all six logistics centers in France. There is clearly an attempt to frighten the workers, stirring up the possibility of layoffs, and to bring the interests of Amazon’s customers into play. The management then tried to overturn the decision of the Nanterre court, appealing to the Court of Versailles, using all kinds of arguments: among them, Amazon managers had the courage to say that by keeping the warehouses open and allowing women to work, they contribute to limiting the risk of domestic violence. In line with the image of a good giant that Amazon has tried to create during these months of pandemic, of a great benefactor who distributes essential products, who helps fighting unemployment, who contributes to research against COVID19, Amazon now stands as the protector of women. According to management, it seems that women working at Amazon have no choice but to risk their health at work or be beaten at home. The important thing is, however, that they do not raise their voice in the warehouses, in the hope that domestic and social violence has educated them to behave appropriately.

The final ruling of the court in Versailles, which arrived on April 24th, confirmed the decision of the court in Nanterre. The management of Amazon is therefore now condemned to limit orders and the delivery of goods. Only food, including animal feed, cosmetics, medicines and high-tech products are authorized. A great result has been achieved: the management of Amazon is forced to change its operations for the health and safety of workers, and must in fact discuss with workers’ representatives, which it had refused to do until now. Until Amazon complies, the restrictive measures ordered by the court will remain in place. Amazon has therefore decided to keep its warehouses closed to avoid fines and without taking care of any form of support of workers being eventually laid off for decrease in workloads. In the meantime, however, even though delivery times have lengthened, Amazon France remains in operation, as its website proudly states, using its European network and the warehouses of its suppliers, through which it operates many services, including Prime Now. While it keeps its warehouses closed even at the cost of immediate economic losses, the giant’s network is not standing still and is reorganizing. With thousands of workers at a standstill as a result of the lockout, Amazon is asking thousands more to put their lives at risk in their place and reassures its customers on their skin. This is how the giant works, and for this reason, while the daily struggle continues in the pandemic time, it is urgent to continue looking for transnational organization tools capable of striking it.

***

Nous annonçons la publication de la traduction française du cahier Strike the Giant, qui rassemble des articles écrits par des travailleurs et des militants de toute l’Europe et des États-Unis et discute des défis de l’organisation transnationale au sein et contre Amazon. Cette traduction est très opportune car nous constatons que les luttes contre “le Géant” en Europe et aux Etats-Unis se multiplient. Les travailleurs protestent en effet contre le refus de la direction de prendre les mesures de sécurité nécessaires pour arrêter la propagation du COVID 19 dans les entrepôts, mettant ainsi en danger la santé et la vie de dizaines de milliers de travailleurs et de leurs familles. Au lieu de réduire la charge de travail dans ses centres, le géant tente de tirer profit de la pandémie et des besoins accrus des livraisons à domicile. Aux États-Unis, dans de nombreux entrepôts, la direction a non seulement caché ou donné des informations partielles sur les cas de contagion présents, mais elle a également procédé à des licenciements en représailles, visant ceux qui ont participé aux protestations avec des accusations infondées, liées à la violation de la distanciation sociale pendant les grèves.

Dans les entrepôts français, il y a eu plusieurs cas de contagion avec le Covid-19 au cours du mois dernier. Pour prévenir les troubles, l’entreprise, ici comme dans d’autres pays, a d’abord réagi en proposant aux syndicats une augmentation de salaire de deux euros par heure. Cette augmentation était une réponse commode d’Amazon aux demandes des travailleurs et des syndicats – soutenues et amplifiées par une pétition transnationale – pour la fermeture totale des entrepôts afin de permettre une désinfection des lieux de travail avec aussi la mise en place du maintien des salaires pour tous durant ce temps de fermeture, ainsi que des arrêts de travail payés en cas de mise en quarantaine. En effet, les mesures de sécurité mises en place par l’entreprisé ont été jugées insuffisantes dans le cadre de l’ élimimination des risques encourus pour la vie des travailleurs, en raison d’ une activité qui n’est pas du tout essentielle pour la survie de la population. Pour ces raisons, la proposition d’un accord d’augmentation a été dans l’ensemble rejetée. Dès la mi-mars, les travailleurs français, renforcés par les protestations qui éclatent dans d’autres pays, ont commencé à exiger l’interruption des activités, en envoyant des pétitions à la direction d’Amazon, en organisant des débrayages, en faisant usage de leur droit de retrait en raison d’un danger grave et imminent. En outre, les inspecteurs du travail ont également écrit à la direction pour souligner la situation dangereuse à laquelle les travailleurs étaient soumis. Mais la seule réponse de la direction a été la distribution de gels et de masques, tandis que les “anges de la sécurité”, des travailleurs temporaires chargés du “respect des règles”, veillent à ce que la distance sociale soit respectée.

Face au refus de fermer les entrepôts alors que la pandémie fait rage, l’Union syndicale Solidaires, qui fait partie de la plateforme TSS, a traduit Amazon devant le tribunal de Nanterre. Le jugement est clair : Amazon doit réorganiser ses livraisons en limitant strictement ses activités aux produits sanitaires et alimentaires. La décision du tribunal prévoit une forte amende pour chaque jour de retard dans l’application de la décision. Bien que la décision du tribunal de Nanterre ait obligé Amazon à dialoguer avec le syndicat, la direction a continué à agir unilatéralement en décidant de fermer les six centres logistiques en France. Il y a clairement de la part d’Amazon une tentative d’effrayer les travailleurs, en évoquant la possibilité de licenciements, ainsi que d’impliquer les intérêts particuliers des clients d’Amazon. La direction a ensuite tenté d’annuler la décision du tribunal de Nanterre, en faisant appel devant la Cour de Versailles, en utilisant toutes sortes d’arguments : parmi eux, les dirigeants d’Amazon ont eu le courage de dire qu’en maintenant les entrepôts ouverts et en permettant aux femmes de travailler, le groupe contribuait ainsi à limiter le risque des violences domestiques. Conformément à l’image de “bon géant” qu’Amazon a essayé de créer durant ces mois de pandémie, de grand bienfaiteur qui distribue des produits essentiels, qui aide à lutter contre le chômage, qui contribue à la recherche contre le COVID19, Amazon se présente aujourd’hui comme le protecteur des femmes. Selon la direction, il semble que les femmes qui travaillent au sein d’Amazon n’ont pas d’autre choix que de risquer leur santé au travail ou bien d’être battues à la maison. L’important est cependant qu’elles n’élèvent pas la voix dans les entrepôts, en espérant que la violence domestique et sociale leur a appris à se comporter de manière appropriée.

La décision finale de la Cour d’appel de Versailles, pronocée le 24 avril, a confirmé la décision du tribunal de Nanterre. La direction d’Amazon est donc désormais condamnée à limiter les commandes et la livraison des marchandises. Seuls les produits alimentaires, y compris les aliments pour animaux, les cosmétiques, les médicaments et les produits “high tech”sont autorisés. Un élément important a été obtenu : la direction d’Amazon est contrainte de modifier ses activités pour la santé et la sécurité des travailleurs, et doit en fait discuter avec les représentants des travailleurs, ce qu’elle avait refusé de faire jusqu’à présent. Tant qu’Amazon ne se conformera pas à cette décision, les mesures restrictives ordonnées par le tribunal resteront en vigueur. Amazon a donc décidé de maintenir ses entrepôts fermés pour éviter des amendes et sans prendre en charge une quelconque forme et sans se soucier d’une quelconque forme d’aide aux travailleurs éventuellement licenciés pour diminution de la charge de travail. En attendant, même si les délais de livraison se sont allongés, Amazon France reste en activité, comme l’indique fièrement son site web, en utilisant son réseau européen et les entrepôts de ses fournisseurs, grâce auxquels elle propose de nombreux services, dont Prime Now. Alors qu’il maintient ses entrepôts fermés même au prix de pertes économiques immédiates, le réseau du géant ne s’arrête pas et se réorganise. Alors que des milliers de travailleurs sont à l’arrêt en raison de ce “lock-out”, Amazon demande à des milliers d’autres de mettre leur vie en danger à leur place et rassure ainsi ses clients sur leur dos. C’est ainsi que fonctionne le géant, et c’est pourquoi, alors que la lutte quotidienne se poursuit en temps de pandémie, il est urgent de continuer à chercher des outils adapter à une organisation transnationale capable de l’atteindre.